Jour 21

Plaisirs piochés

– Écouter de la musique que j’aime (Pulp, Different Class)

– Écrire (ce blog)

– Manger du chocolat (chocolat chaud)

– Regarder un bon film (Mud)

– Améliorer mon intérieur (ménage, rangement, déco)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Quatre plaisirs par jour au minimum !)

 

Remarques

Je me faisais la remarque hier en écrivant sur ce blog que mes plaisirs n’étaient pas vraiment « piochés » mais « effectués », et qu’il y avait peut-être un hic… J’ai eu confirmation hier en relisant le livre d’Evelyne Bissone Jeufroy qui m’a inspiré ma résolution des quatre plaisirs par jour :

« On établit d’abord une liste de 25 à 30 plaisirs personnels dans lesquels on puisera ensuite ses quatre plaisirs […] en pensant aux questions « quand ? », « où ? » et « avec qui ? » les réaliser. Ces questions sont essentielles, car elles permettent aux « plaisirs » et aux projets de prendre forme et à l’individu de les concrétiser. »

Or certains plaisirs ne méritent pas de figurer sur la liste, comme l’autre jour quand mon amie L m’a appelé, ou quand j’ai entendu et dansé sur des chansons qui passaient par hasard à la radio, puisqu’elles ne sont pas faites à mon initiative.

Bon, je suis à bien plus de quatre plaisirs par jour de toute façon, donc j’imagine que ça ne change pas grand-chose, mais quand même, je voudrais faire ça bien.

J’ai passé un bon week-end en compagnie de mon homme consacré à des activités un peu banales comme le ménage ou acheter des assiettes, mais qui consolident vraiment notre couple car nous nous occupons de notre « nid ». De plus, on a fait une sortie « culturelle » (pour l’anecdote, on a croisé Clotide Couraud à Châtelet !) (Meuf, t’as beau cacher ta petite frimousse dans tes cheveux, quand tu sors habillée en jupe longue qui traîne par terre avec un tee-shirt cropped, t’as de grandes chances d’être grillée parce que y a que les stars ou les fashionistas comme ma copine L pour s’habiller comme ça) (enfin, pas la copine L du téléphone, l’autre) (va falloir que je trouve un subterfuge pour les différencier, et pas qu’ici mais aussi dans la vie, parce qu’elles ont vraiment le même prénom) (bon, celle du téléphone, c’est L R, et la fashionista, c’est L D). J’ai même refusé de sortir avec une amie pour rester avec mon homme et je ne le regrette pas du tout.

Jusqu’à il y a peu, j’aurais été contente mais je n’aurais pas pu m’empêcher de penser que c’était un week-end de vieux, indigne de jeunes trentenaires (ce qui, lecteur de « province », à Paris, est l’équivalent de 20 ou 25 ans, les gens ayant de 5 à 10 ans de retard niveau maturité) (je développerai peut-être cette théorie hautement scientifique dans un autre article de blog), triste parce que nous n’avons pas vu d’amis, nous ne nous sommes pas bourré la gueule en écoutant du rock ou de l’électro comme les gens de notre âge, mais à présent, je me dis juste que c’était un week-end à notre image, rempli de plaisirs quotidiens. Mon homme s’en fout des modes et a commencé a travailler jeune dans un domaine où l’on se lève avant l’aube, donc oui, le week-end, il a besoin de se coucher tôt. Et moi, ça fait belle lurette que je ne vois plus l’intérêt de me bourrer la gueule avec les potes le samedi soir, d’ailleurs, ça fait belle lurette que je ne fais plus partie d’une bande de potes de toute façon. Et vu le niveau de souffrance que j’ai connu ces dix dernières années, voire ces 31 dernières années, j’ai au moins 50 ans d’âge mental, et ça fait belle lurette que j’ai compris que la souffrance ne se réglait pas avec l’alcool, les drogues, la fascination narcissique pour son entourage, l’identification à son groupe social et la dépendance affective, mais avec une attitude bienveillante envers soi-même et respectueuse envers autrui. Mais c’est tout de même très dur de mener une vie différente de ses amis et de sa famille, voire diamétralement opposée pour cette dernière.

Attention, n’allez pas croire que je vis en ermite. Je me rends juste compte que je ne ressens pas le besoin de voir des amis plus d’une fois par semaine, voire une fois toutes les deux semaines. Et si j’ai refusé de sortir avec mon amie J ce week-end, j’ai prévu de la voir avec mon amie L D ce soir.

Enfin, tout ceci semble n’avoir rien à voir avec le sujet de ce blog, mais ça a au contraire tout à voir : grâce à ma résolution des quatre plaisirs par jour, j’ai réussi à identifier les activités qui me plaisent vraiment et j’ai de très bonnes raisons de les appliquer quotidiennement : réduire mon anxiété et mes pensées noires, tendre vers un bien-être (que j’appelle aussi « état normal » ou « neutre ») et assumer qui je suis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s