Jour 186

Bilan du jour 185 et 185 bis

Je n’ai pas écrit d’article hier parce que j’étais trop occupée à avoir un rendez-vous de boulot, à faire une sieste, à aller au yoga et à passer la soirée en excellente compagnie. Quand je suis arrivée en région parisienne (j’habite en banlieue, c’est pour ça que je dis pas à Paris), l’un de mes objectifs cachés était de rencontrer les nouveaux Sartre et Beauvoir et de papoter ensemble au café de Flore. Je ne sais pas si la bande d’amis avec qui j’ai passé la soirée hier révolutionnera la scène littéraire, mais en tout cas, j’ai passé une super soirée, et je me suis sentie en présence de frères et sœurs d’intellect et de cœur.

J’ai également croisé cette autre amie, H, dont j’ai déjà parlé ici, au yoga (celle qui ne me dit pas au revoir, qui ne cherche jamais à me voir et qui répond négativement à mes invitations, mais, quand elle m’adresse la parole, fait comme si de rien n’était) (grâce à Christophe André, j’ai appris qu’elle était phobique sociale, agoraphobe et dépendante affective) (mais je ne peux pas le lui dire 1/ car on ne parle jamais plus de 5 min 2/ car je ne suis pas [plus] sa psy).

Elle a donc fait comme si de rien n’était. Je me suis demandée quelle attitude adopter, et j’ai décidé de faire ce que la plupart des gens font avec moi : respecter les règles élémentaires de la politesse en lui demandant comment elle va et en lui disant bonjour et au revoir, et répondre à ses questions éventuelles. Normal, me diriez-vous ? Pas chez moi. Ce qui est normal chez moi, c’est de demander sincèrement à la personne comment elle va, et lui demander un update sur tous les « dossiers » en cours (boulot, vacances, chéri), de m’exclamer devant les bonnes nouvelles et de prodiguer des conseils devant les mauvaises. Très souvent, quand arrive la fin de la conversation, je n’ai quasiment pas parlé de moi.

Enfin, c’était normal. Aujourd’hui, je travaille à un équilibre plus sain dans mes relations, mais je me rends compte que ce n’est pas facile avec ces personnes qui ont été trop habituées à mon ancienne normalité (et qui l’ont sucée jusqu’à la moelle, j’ai l’impression). Bref, tout cela est encore un work in progress et j’espère que j’arriverai à trouver une attitude ouverte et apaisée envers ceux qui m’ont l’air d’avoir les crocs un peu trop longs (les suceurs décrits plus hauts) (parce que pour l’instant, je suis plus carapace ou hérisson), tout en sachant me protéger. Vigilante mais pas méfiante. Pas facile facile…

Je débute une période sans boulot : j’ai donc officiellement le temps d’écrire (ailleurs qu’ici). Il n’y a plus qu’à.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ici et ailleurs ?)

– Manger du fromage

– Faire une balade au parc

– Regarder une bonne série (House of Cards ?)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme (son anniversaire aujourd’hui)

– Lire un livre que j’apprécie

– Faire un gâteau (tarte au poireaux et au Maroilles pour être précise) (faut que je modifie la liste)

– Lire le journal

– Méditer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s