Jour 202

Bilan du jour 201

Mon stress est un peu contenu, mais c’est pas encore ça.

Si je reprends ce que j’ai appris lors de ma formation en gestion du stress, 1/ je dois me demander où l’émotion se situe dans mon corps. Le souci, c’est que j’ai l’impression qu’elle est dans mon rythme cardiaque tellement mon cœur bat rapidement. Peut-être dans mon diaphragme parce que mon souffle est un peu court ? 2/ Je dois me demander quelles sont les pensées automatiques qui me viennent liées aux injonctions « sois forte », « fais plaisir », « travaille dur », « dépêche-toi » et « sois parfaite » — là, je suppose que mes pensées découleraient plutôt des trois dernières — puis je dois les reformuler en me basant sur les faits. En ce moment, je bosse pour deux nouveaux clients, et après le refus de mon client habituel de collaborer avec moi, j’ai quand même la pression de pas me louper. Or, comme pour tous les freelances, c’est toujours bien de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, donc c’est bien pour moi d’avoir de nouveaux clients. En plus, ma mésaventure avec mon client historique n’était ni un rejet de ma personne, ni un refus à proprement parler : ils ont juste choisi quelqu’un d’autre, ce qui dans la vie d’un freelance, peut arriver. J’ai demandé les raisons, et l’intermédiaire qui me confie le travail m’a dit qu’il ne les connaissait pas, mais je peux supposer que c’est parce que le client a eu peur que le projet soit un peu lourd pour mes frêles jeunes épaules (il a eu un problème dernièrement avec un consœur qui fait partie de la bande des « jeunes épaules » qu’il voulait lancer, mais le projet a dû être réattribué à quelqu’un de plus expérimenté). Tout ça pour dire que rien n’est perdu avec ce client.  Ensuite, il n’y a pas de raison que ça se passe mal sur mes nouveaux projets parce que je connais mon métier et que je le fais sérieusement (et quand j’ai un doute sur un point, je pose la question). Enfin, j’ai peur de manquer de temps, or je suis tout à fait à jour dans mon planning.

Plus ça va, plus je me rends compte de ma nécessité de stabilité. Avant, je pensais être quelqu’un qui pouvait s’adapter à tout et partout, mais là je me rends compte que je suis facilement déstabilisée par l’inhabituel. Outre le fait que ce soit pour un nouveau client, le projet sur lequel je travaille a certaines spécificités qui le rend un peu différent de mes projets précédents et je me rends bien compte que ma petite tête et mon petit corps, ça les chamboule un peu et ça leur demande beaucoup d’énergie. L’autre différence, c’est le délai. Ces dernières semaines, j’étais large, tandis que là, c’est un délai « normal » que je dois tenir, or je ne suis pas une rapide en général, et j’ai des problèmes de concentration en particulier (du mal à finir une tâche en cours, impatience, besoin de distraction, ce qui en langage 2.0 signifie aller tout le temps sur internet). Je compte vraiment sur la méditation de pleine conscience pour m’aider à développer ma capacité de concentration et d’autocontrôle — parce que ma résolution d’aller sur internet une fois par heure prise au jour 192, je n’arrive pas à la tenir (mais je ne baisse pas les bras).

Plaisirs prévus

– Écrire (ceci)

– Manger du chocolat (il reste du brownie)

– Chanter (cours de technique vocale)

– Faire du yoga

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie

– Lire le journal

– Prendre un cours (technique vocale et formation musicale)

– Méditer (déjà fait au lever et à refaire)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s