Jour 218

Bilan du jour 217

J’ai toujours aussi mal à la tête au bout de quelques minutes sur l’ordinateur. Enfin, non, ce n’est pas vraiment une douleur, mais plutôt la sensation d’avoir la tête dans un étau. Ça m’arrive aussi quand je vais faire les courses ou que je prends les transports en commun. Je me dis que c’est le trop-plein de stimuli. Quand je travaille beaucoup, j’ai tout de suite un mal de tête et non une céphalée de tension, et ça met plus de temps à passer. Là, ce qui m’inquiète, c’est que je ne travaille pas en ce moment.

En revanche, je cours tous les jours, et ça me rend très heureuse. Je fais mon petit tour (littéralement, un tour de parc), je fais des exercices pour les bras quand les machines sont libres au milieu de ma course, je marche quand j’en ai envie, je rentre au bout de 20-25m, je fais mes abdos (60 en tout, mais avec plein de pauses), j’étire mes psoas et mes adducteurs (pour pas trop morfler au yoga), je fais des salutations ou des asanas si j’ai le temps. Je suis contente d’avoir le temps de le faire, et ça commence à se voir dans le miroir !

J’ai eu ma 2me séance MBCT hier soir. L’instructrice a introduit la méditation assise, ainsi que des notions de TCC : les schémas fonctionnels/dysfonctionnels, les croyances, la relation Situation ou Stimulus + Interprétation (qui vient de nos schémas) + Émotion (dans le corps) = Réaction. La pleine conscience se situe au niveau du signe « = ». En prenant conscience de nos pensées, de nos émotions et de nos schémas ancrés en nous depuis toujours, on peut non pas avoir une réaction mais une réponse au stimulus. Et une réponse que l’on choisit parmi d’autres. La pleine conscience permet donc une plus grand liberté.

Je suis sortie de la séance avec plein de devoirs sous le bras : en plus du body scan, nous devons faire deux méditations assises de 10/15m en alternance, effectuer une nouvelle activité quotidienne en pleine conscience (j’ai choisi me réveiller et me lever) et tenir un « calendrier des événements plaisants » (fingers in the nose pour moi). Il s’agit d’un tableau où l’on doit noter la nature de l’événement (un par jour), les sentiments, pensées et sensations sur le coup, et les pensées au moment où on écrit.

Je m’interroge toujours sur ces histoires d’attitude non-striving. C’est compliqué pour moi, parce que je suis sur-motivée. Je sais que le stress accentue ça, mais d’un autre côté, je l’aime bien mon enthousiasme, parce que je l’avais perdu pendant longtemps, alors maintenant j’en profite. Mais aujourd’hui, j’apprends qu’en voulant trop réussir, on peut passer à côté de l’instant présent, donc de sa vie, alors que je croyais le contraire. L’autre revers de la monnaie de sa pièce, c’est le risque de passer pour la grosse fayotte pendant les séances, parce qu’évidemment, entre mon encyclopédite aigüe (les conférences de Christophe André et de Jon Kabat-Zinn, ma lecture de Full Catastrophe Living), mon enthousiasme accentué par le stress et ma propension à vouloir résoudre les problèmes des autres, si je m’écoutais, je serais capable de répondre aux questions de tout le monde, de reprendre l’instructrice à chaque fois qu’elle dit un truc que c’est pas comme dans le bouquin et de réprimander ceux qui disent n’avoir fait que la moitié du body scan parce qu’ils trouvaient ça trop long et qui commencent à négocier les devoirs à la maison. Vous l’aurez compris, j’ai plus ou moins fait toutes ces choses-là, mais je me suis terriblement contenue pour que la plupart se déroule dans ma tête… (Ceci dit, je suis vraiment sur le cul que des gens payent presque 600€ pour ne pas suivre complètement le programme et que l’instructrice ne soit pas plus ferme que ça ; en même temps, on est en MBCT, la majorité a connu la dépression et on sait ce que ça donne sur la motivation, rien que le fait de penser à faire un effort est très pénible, et j’en sais quelque chose, donc peut-être que l’instructrice, qui est psy, est plus souple à cause de ça. Peut-être qu’elle a confiance, qu’elle sait qu’il reste encore 7 semaines et que les bienfaits seront là, même si les gens font 15 min de méditation au lieu de 45. Elle sait que ce sera une victoire pour la plupart d’entre eux. Elle a déjà fait ce protocole plusieurs fois et elle a toujours observé des résultats, même chez les plus récalcitrants. Elle a confiance. Wise woman.)

La leçon du jour : avoir confiance pour temporiser mon enthousiasme ?

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (je redécouvre The Divine Comedy en ce moment. Plus que quelques jours pour revoir leur concert à la Philharmonie : http://concert.arte.tv/fr/divine-comedy-la-philharmonie-de-paris)

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Manger des cerises des fraises

– Courir

– Voir une personne que j’apprécie (mes copines au yoga, puis L2 qui nous rejoint après)

– Améliorer mon intérieur (encore un peu de rangement et de ménage) (c’est comme la course à pied, pas trop à la fois)

– Aller au cinéma (Souvenirs de Marnie, si j’ai le temps)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Full Catastrophe Living, of course)

– Aller au restaurant (peut-être après le yoga ?)

– Lire le journal

– Prendre un cours (yoga)

– Méditer (body scan + méditation assise « ancrage ») (+ le yoga, puisque le yoga est méditation d’après Jon Kabat-Zinn)

– Aller à la médiathèque

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s