Jour 220

Bilan du jour 219

J’arrive au bout de ma première semaine sans bosser. J’ai un peu moins de maux de tête mais je me sens encore aux prises avec je ne sais pas trop quoi (le stress, les pensées, probablement). Les journées passent à une vitesse folle et je me mets encore trop de pression pour bien les remplir (ou je culpabilise trop de ne pas assez ou mal les remplir). Je me demande si cette histoire des plaisirs n’accentue pas ma volonté de contrôle, donc mon stress. Ou alors, c’est parce que je ne les varie pas assez, ils sont devenus une routine. Ou bien tout ça (mon bien-être, j’imagine) n’incombe pas qu’à moi, qu’à mes choix quotidiens. Ce n’est pas entièrement ma responsabilité. Il y aurait un juste milieu entre la dépendance à autrui et l’hyper-auto-responsabilisation. C’est pas mal, ça. Ça me plaît.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (The Divine Comedy)

– Écrire (ceci)

– Courir

– Voir une personne que j’apprécie (je vais essayer de croiser E, une copine qui vit maintenant à l’étranger et qui est de passage dans les parages)

– Faire du yoga (après avoir couru)

– Caresser ma lapine (la véto l’a mise au régime, elle a 250g à perdre ! Fini les carottes et les fruits !)

– Lire un livre que j’apprécie (j’ai parcouru Adultes sensibles et doués et je me suis dit qu’il était bien facile de faire un livre sur un sujet à la mode en rédigeant ses chapitres au dictaphone, en faisant écrire l’autre moitié du livre par une psy pour la caution scientifique, mais sans vraiment se concerter avec, et en rajoutant des annexes tout aussi décousues et tout aussi enregistrées sur dictaphone) (j’avoue, ce qui m’a énervé, c’est le côté « tout ça, c’est la faute à 68, et non, regrouper les HP ensemble et leur conseiller de se marier entre eux sinon ils ne seront jamais heureux en couple, c’est pas de l’eugénisme ») (en plus, les deux auteurs n’ont rien compris à la méditation de pleine conscience : l’une, qui ne l’a manifestement jamais pratiquée, dit qu’il s’agit de lâcher-prise, chose impossible pour les surdoués, qui feraient mieux de faire des arts martiaux, et l’autre, qui l’a pratiquée, dit que ça vient des Pays Bas, écrit « John » Kabat-Zinn avec un H et affirme que ça sert à dissiper les émotions – genre tu fermes les yeux, tu respires, et l’émotion s’en va)

– Aller au restaurant (peut-être ce soir avec l’amie dont je parle plus haut)

– Lire le journal

– Prendre un cours (formation musicale peut-être ce soir, si je ne vais pas au resto)

– Méditer (body scan + fichier audio « ancrage » pour la méditation assise)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s