Jour 305

Bilan du jour 304

Avec la reprise des activités, il m’est difficile de reprendre un bon rythme de travail. J’essaie de me lever plus tôt le matin pour avoir plus de temps mais c’est très difficile…

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (groupe De Saturne)

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Voir une personne que j’apprécie (mes copines au yoga)

– Faire du yoga (cours de M)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (J Is for Judgment de Sue Grafton) (oui, je sais, je suis passée de G à J, mais j’avais déjà lu H et I)

– Méditer (au yoga)

Jour 304

Bilan du jour 303

Qu’il est bon reprendre ses « petites » activités (cours de chant, formation musicale). Elles m’ont manqué plus que je le pensais pendant l’été.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Regarder une bonne série (Breaking Bad)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (je ne sais pas encore lequel, j’ai fini G Is for Gumshoe de Sue Grafton)

– Méditer (déjà fait au lever)

Jour 303

Bilan des jours 302 et 302 bis

Mariage sympa mais interminable et au DJ improbable, dimanche reposant à la campagne, dégustation de mûres lors d’une balade, retour en voiture moins contraignant au final grâce à une petite sieste (je déteste les longs voyages en voiture). Heureux d’avoir passé du temps avec des gens qu’on apprécie, mais légère impression lancinante de ne pas être tout à fait à sa place (pas [assez] croyants, pas mariés, pas d’enfant, pas propriétaires, pas de jardin, pas de voiture).

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Voir une personne que j’apprécie (ma prof de chant, reprise des cours de technique vocale)

– Regarder une bonne série (la saison 5 de Breaking Bad est vraiment haletante)

– Chanter

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (G Is for Gumshoe)

– Lire le journal

– Méditer

Jour 302

Bilan du jour 301

Je me sentais trop patraque pour aller au cinéma (je vous passe le détail de mes ennuis fonctionnels, qui expliquent aussi l’absence de course à pied dans mes plaisirs) donc j’ai regardé des replays du Petit Journal et j’ai découvert le très très jeune mais néanmoins très drôle Panayotis.

Aujourd’hui, mariage de la cousine de mon homme et dimanche chez ses parents. I’ll be back on Monday.

Plaisirs prévus

– Écrire

– Danser (au mariage)

– Manger du fromage

– Voir une personne que j’apprécie (famille de mon homme)

– Me faire belle (pour le mariage)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (dans le train)

– Méditer

Jour 301

Bilan du jour 300

La soirée avec E, C, mon frère et leurs amis était très sympa. Je suis assez proche d’eux (je vais voir E en Italie où elle habite à la Toussaint) mais je ne fais pas partie de leur « premier cercle ». Ça m’étonne toujours d’être conviée à leurs soirées et je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’ils me trouvent. Oui, on passe de super moments ensemble mais je ne peux m’empêcher de me dire qu’à un moment donné, je vais être démasquée, que je vais dire ou faire quelque chose qui cloche et ce sera terminé, comme si je n’étais pas assez cool pour eux. C’est drôle, on dirait des doutes de lycéenne, alors qu’à mon adolescence, je n’étais pas traversée par ce genre d’idées. J’arrive bien à identifier la dévalorisation et les croyances derrière ces pensées qui se sont installées ces dernières années suite à déceptions amicales qui m’ont fait faire le deuil de l’appartenance à une bande à la Friends, mais elles surgissent aussi dans le cadre d’amitiés individuelles. J’essaie de garder la tête froide face à cette peur de rupture du lien et de profiter des instants en excellente compagnie, mais même en me centrant sur les aspects positifs (« on a passé un bon moment », « cette conversation était très intéressante », « on s’est quand même bien marrés »), j’ai une tendance au « c’est toujours ça de pris/profitons-en, ça ne va pas durer » assez tenace.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (Aretha Franklin)

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Faire une balade au parc

– Aller au cinéma (je pense aller voir Cemetery of Splendour d’Apichatpong Weerasethakul)

– Caresser ma lapine

– Lire un livre que j’apprécie (G Is for Gumshoe)

– Méditer

Jour 300

Bilan du jour 299

Je suis toujours dans le même état d’esprit qu’hier, mais en attendant qu’une révolution éventuelle se produise, il faut bien continuer à vivre, donc je continue [les 4 plaisirs et à méditer — mes piliers, ou du moins mes tuteurs.] Comme dirait Jon Kabat-Zinn, en parlant de la méditation quotidienne à faire dans le programme MBSR, « you don’t have to like it, just do it » . Alors je le fais, parce que je n’ai rien de mieux à faire, et parce que même si je suis dans une période où je ne pense pas que ce soit mon salut, je me dis que ça ne peut pas me faire de mal. Et aussi parce que ça a été mon salut cette dernière année et que je ne peux pas le nier.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Voir une personne que j’apprécie (E et C ce soir)

– Me faire belle (pour sortir ce soir)

– Caresser ma lapine

– Lire un livre que j’apprécie (G Is for Gumshoe)

– Méditer (déjà fait au lever)

Jour 299

Bilan des jours précédents

Petit coup de moins bien en ce moment, de ras le bol. Marre de beaucoup de choses, mais entre autres de tous ces « petits » ajustements (comme cette histoire des 4 plaisirs, la méditation, le yoga, la course à pied) qui certes me font garder la tête hors de l’eau mais qui ne me font pas vraiment naviguer dans le flot de la vie(talité). J’ai l’impression de bien connaître ma tête et mon cœur, mais d’être déconnectée de mon corps, qui vit (mal) sa vie à lui, et qui essaie de me communiquer des choses que je ne comprends pas. J’ai découvert ici que j’avais besoin de beaucoup plus de routine que je le pensais, et je pourrais continuer à mener cette vie bien ficelée mais j’en ai assez du contrôle, qui oblitère peut-être d’autres problèmes.

Je me rends bien compte que mes pensées sont teintées de négativité et de mélancolie (dans le sens de ça va pas fort, pas dans le sens de nostalgie) et que la bascule vers l’état dépressif est possible, mais je sens que cette tristesse, qui est en train de se commuer en colère, m’est nécessaire et peut m’aider à prendre de bonnes décisions.

C’est dingue, ça. Je vais pas courir pendant 10 jours et voyez le résultat…

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Voir une personne que j’apprécie (l’orthophoniste, mes copines au yoga ce soir)

– Faire du yoga (super cours de M, qui me sera trèèès bénéfique)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme (qui est parti ce matin en déplacement)

– Lire un livre que j’apprécie (G Is for Gumshoe de Sue Grafton, Traitements naturels des troubles digestifs d’André Passebecq, très intéressant, qui me donne envie d’aller consulter un médecin naturopathe, et de lire d’autres bouquins de lui)

– Méditer (au yoga ?)

Jour 298

Bilan de la semaine

La semaine a été assez cauchemardesque, puisque j’ai dû travailler tout en ayant la gastro pour pouvoir tenir les délais, d’où mon silence ici.

Le travail est rendu, la gastro est passée, je compte bien profiter de mon week-end pour me faire plaisir et me détendre.

Je tiens à préciser que ce n’est pas parce que je ne publie rien que je ne prends pas connaissance de vos « j’aime », commentaires et articles publiés, qui ont constitué de véritables bouffées d’air pendant ma semaine marathon. Merci !

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Manger du chocolat (si mon estomac le veut bien)

– Faire une balade au parc (ou ailleurs, j’ai besoin de me dégourdir les jambes)

– Voir une personne que j’apprécie (H et peut-être d’autres amis au théâtre ce soir)

– Améliorer mon intérieur (un peu de rangement s’impose)

– Me faire un masque (en ce moment-même)

– Me faire belle (pour sortir ce soir)

– Visiter une expo ou un musée (pourquoi pas, ce sont les journées du patrimoine)

– Voir un spectacle (pièce de la compagnie de mon ami P)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (j’ai repris G Is for Gumshoe de Sue Grafton)

– Méditer

– Aller à la médiathèque

Jour 297

Bilan des jours 296 et 296 bis

Le concert des Innocents était très sympa. Contrairement à mon homme, je n’étais pas fan « à l’époque », donc l’expérience fut moins nostalgique que pour lui. Ma chanson préférée est d’ailleurs leur dernière, Les Philharmonies martiennes. Jamais je n’aurais pensé que j’apprécierais autant ce groupe un jour, et je suis contente d’avoir été « convertie » par mon homme.

The Rosie Effect, suite de The Rosie Project, de Graeme Simsion est à la fois intelligent, léger et drôle. Je vous le conseille vivement.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (Les Innocents ?)

– Écrire (ceci)

– Manger du chocolat

– Manger du fromage

– Améliorer mon intérieur (le dimanche, c’est ménage)

– Aller au cinéma (ça fait des semaines que mon homme veut voir le dernier Mission impossible…)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (il faut que je termine La Magie du rangement, et ensuite ?…)

– Méditer

Jour 296

Bilan du jour 295

Avec la rentrée, la vie sociale reprend et ça fait du bien. Mais le hic, c’est que je me couche un peu tard, me réveille trop tôt et n’arrive pas à me rendormir, le corps et l’esprit toujours animés des conversations de la veille (rythme cardiaque accéléré, comme je le disais hier). J’essaie de ne pas rajouter du stress à la tension déjà présente avec des pensées catastrophistes, ne pas faire une montagne du fait de me lever tôt et d’être un peu au radar (comme conseillé par Jon Kabat-Zinn dans Full Catastrophe Living dans le chapitre sur le « sleep stress » ), mais je me demande quand même s’il ne serait pas possible de réguler cette tension et cette excitation, parce que, quelles que soient mes tentatives pour les accepter, elles sont néanmoins des signes précurseurs du stress chronique et pathologique chez moi. Est-ce que ça serait possible de vivre normalement ces situations sociales sans qu’elles soient facteurs de stress ou est-ce que cette sensibilité particulière aux excitants (relations sociales mais aussi café ou cigarette) fera toujours partie de moi ?

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Manger du chocolat

– Voir un spectacle (j’aimerais bien aller voir Les Innocents à la Fête de l’Huma ce soir, mais ça va être difficile de motiver mon homme qui est aussi fatigué que moi)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (je crois que je préfère The Rosie Effect à The Rosie Project)

– Méditer