Jour 390

Bilan du jour 389

Hier, j’étais franchement déprimée. J’étais à fleur de peau, je pleurais pour un rien, et ça ne m’était pas arrivé depuis très longtemps. La différence avec l’époque où j’étais en dépression, c’est que là, j’avais des raisons d’être triste et de me sentir seule : j’ai dû aller signer des papiers en lien avec les dettes de mes parents, c’était mon dernier cours de chant avec ma prof qui doit arrêter pour raisons de santé et avec mon homme, nous n’avons pas beaucoup de temps à consacrer à notre couple qui est pourtant en cours de sauvetage. Mais les sentiments étaient les mêmes, la profonde solitude et l’estime de soi au fond du trou. Puis j’ai continué à vivre, j’ai travaillé, je suis allée à mes différents cours, j’ai eu des interactions sociales agréables qui m’ont prouvé que le monde n’était pas complètement pourri et le soir, j’ai raconté ce qui s’était passé à mon homme. J’imagine que ces sentiments reviendront, mais que je ne dois pas les laisser m’envahir. C’est lorsqu’on entre dans un engrenage durable que l’on sombre dans la dépression. Là, j’ai identifié mes émotions et les pensées qui ne faisaient que les aggraver, je ne me suis pas isolée et j’ai continué à vivre. J’ai aussi fait un gros câlin à ma petite lapine en écoutant de la belle musique près de mon homme qui travaillait à son bureau et ça m’a fait beaucoup de bien. Ce matin, alors qu’elle s’installait sur mon tapis de yoga comme à son habitude, je me suis dit qu’il faudrait que je prenne une photo et que je la mette ici.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Danser

– Manger du fromage

– Regarder un bon film

ou

– Regarder une bonne série

– Faire du yoga (fait au lever)

– Me faire belle

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie

– Méditer (fait après le yoga)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)

Publicités

Jour 389

Bilan du week-end

Je suis allée courir et comme à chaque fois, je me suis demandée pourquoi je ne le faisais pas plus souvent.

J’ai testé un cours de yoga près de chez moi et j’ai compris pourquoi je faisais presque une heure de trajet pour aller aux cours de mon amie M et à celui de ses formateurs. J’ai mis des années pour trouver des profs et un style de yoga qui me convient et je dois les garder précieusement.

J’ai marché (beaucoup) pour aller voir l’expo Darwin à la Cité des sciences et en rentrant, j’ai écouté Jean-Claude Ameisen parler de voyages en faisant des cookies, ce qui a grandement amélioré mon humeur, qui reste malheureusement en dents de scie en ce moment.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (pour préparer mon cours de chant et en dansant, pendant mes pauses Pomodoro)

– Écrire (ceci)

– Danser (pendant mes pauses Pomodoro)

– Manger du chocolat (sur mes cookies)

– Manger du fromage (de la délicieuse cancoillotte)

– Voir une personne que j’apprécie (ma prof de chant — dernier cours de l’année aujourd’hui, sniff — ma prof de formation musicale et les autres élèves)

– Chanter

– Faire du yoga (fait au lever)

– Me faire belle

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie

– Prendre un cours (formation, stage, atelier…)

– Méditer (fait, assise et difficilement, après le yoga)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)

Jour 388

Bilan du jour 387

La patate chaude m’est revenue en pleine gueule et me tient en éveil depuis 4h du matin. Je suis à la fois stressée et déprimée. J’ai à la fois besoin de me reposer et de bouger. Il faut que je me rende à l’évidence : je n’ai pas le temps et de travailler à plein temps et d’être trésorière d’une association. Mon homme me propose de m’aider depuis des semaines mais il ne le fait pas parce qu’il travaille encore plus que moi. Il faut que je trouve un co-trésorier pour m’aider.

Deadline aujourd’hui. J’ai un autre boulot urgent derrière mais je crois qu’avant, j’aurai mérité une petite sieste.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (en dansant pendant mes pauses Pomodoro)

– Écrire (ceci)

– Danser

– Courir (avant la sieste)

– Regarder un bon film

ou

– Regarder une bonne série

– Faire du yoga (fait au lever) (rien de tel qu’une chandelle et une planche pour se détendre)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie

– Méditer (fait après le yoga, toujours les jambes en l’air)

– Aller à la médiathèque (après la course et la sieste)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)

Jour 387

Bilan du jour 386

Ma dysphonie fonctionnelle allant mieux, mes séances chez l’orthophoniste sont plus espacées, et entre maladies, vacances et bugs organisationnels, il peut se passer plus d’un mois sans que je la voie. Lors de ma séance d’hier, je me suis rendu compte que depuis cette baisse dans la fréquence des rendez-vous j’étais retombée dans mes travers : exigence trop grande envers moi-même, trop grande rapidité d’action, incapacité à m’amuser pendant les exercices. Aujourd’hui encore, au lieu de me dire la chance que j’ai de connaître cette femme si inspiring, je prends la situation dans l’autre sens et me reproche de ne pas appliquer ce qu’elle m’a appris, à savoir l’attention au corps, la détente, le fait de savoir prendre son temps, l’écoute, la discipline quotidienne et, surtout, la bienveillance envers soi. Et ultimately, le lâcher-prise.

Plaisirs prévus

– Écrire (ceci)

– Regarder un bon film

ou

– Regarder une bonne série

– Faire du yoga (fait au lever)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (The Fear of Flying d’Erica Jong)

– Lire le journal

– Méditer (fait au lever)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)

Jour 386

Bilan du jour 385

J’ai expliqué clairement que je n’avais pas le temps de m’occuper de la patate chaude que l’on m’avait refourguée la veille et je n’en ai plus entendu parler.

Alors que je voyais mon concert comme un contretemps bien embêtant pour l’avancée de mon travail, il s’est révélé être un moment un peu hors du temps et les interactions sociales ont grandement aidé à améliorer mon humeur, qui était franchement déprimée pendant la journée. En rentrant, j’ai fait à manger, j’ai regardé Unbreakable Kimmy Schmidt et je me suis endormie comme un bébé après avoir lu le début de The Fear of Flying (Le Complexe d’Icare) d’Erica Jong (je reprendrai Emmanuel Carrère quand j’irai mieux).

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (en dansant pendant mes pauses Pomodoro)

– Écrire (ceci)

– Danser (sur de la musique que j’aime)

– Voir une personne que j’apprécie (l’orthophoniste, mes copines au yoga)

– Faire du yoga (fait au lever puis ce soir lors du cours)

– Me faire belle

– Caresser ma lapine (qui est vraiment très rigolote, et un peu pot de colle, en ce moment)

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Let’s Talk about Love de Carl Wilson)

– Prendre un cours (yoga)

– Méditer (en ce moment, comme j’ai des problèmes de circulation dans ma jambe gauche, je médite contre un mur – enfin, la bibliothèque, vu que je vis sous les toits — les jambes en l’air avec un coussin sous les hanches. Eh bien, croyez-le ou non, mes amis, je crois avoir trouvé la solution contre les lombalgies !)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)

Jour 385

Bilan du jour 384

Une patate chaude que l’on m’a refourguée me tient en éveil depuis 4h du matin. Un conseil : si vous voulez vous rendormir en cas d’insomnie, ne lisez pas Emmanuel Carrère.

Je ne comprends vraiment pas le monde. Je ne sais pas ce qu’il y a de pire, l’incompétence, la mauvaise foi ou le refus manifeste de bien communiquer. C’est vraiment dans ces moments-là que la tentation de l’isolement est grande, mais je ne dois pas la laisser me leurrer car je sais que solitude n’est pas synonyme de vie.

Je suis exténuée mais pourtant je dois travailler. Je dois aussi réserver un billet de train, appeler le notaire, chanter à un concert, faire mes exercices d’orthophonie, appeler mon amie M que je dois appeler depuis 3 semaines, faire la compta de l’asso, préparer mon prochain boulot, manger végétarien et équilibré, bouger car mon corps ankylosé par la posture assise prolongée me le demande.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Danser

– Manger du fromage

– Chanter

– Faire du yoga (fait au lever)

– Me faire belle (pour mon concert)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (pas Emmanuel Carrère)

– Méditer (fait extrêmement difficilement après le yoga)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)

Jour 384

Bilan du week-end

Visite sympa à l’abbaye de Royaumont avec mon homme, avec beaucoup de marche depuis la gare de Viarmes (un peu moins d’une heure). Grande leçon tirée de cette expérience (attention les yeux, ça vaut son pesant de cacahouètes) : l’exercice physique (ici, la marche) provoque une fatigue qui calme le flux des pensées et apporte un bien-être.

Conclusion : il faut que je fasse plus de sport. Donc que je retourne courir.

Sinon, je vous ai pas raconté : vendredi, j’ai essayé de varier les plaisirs pour gruger l’habituation hédonique en dansant quelques minutes pendant mes pauses Pomodoro et ça a marché ! Je continue l’expérience aujourd’hui.

Plaisirs prévus

– Écouter de la musique que j’aime (en dansant pendant mes pauses Pomodoro)

– Écrire (ceci)

– Danser (en écoutant de la musique pendant mes pauses Pomodoro)

– Manger du fromage

– Voir une personne que j’apprécie (les gens de mon cours de musique)

– Chanter (cours de technique vocale)

– Faire du yoga (fait au saut du lit)

– Me faire belle (ce qui signifie mettre un peu de poudre et du mascara mais pour moi ça veut dire beaucoup)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Il est avantageux d’avoir où aller. Il s’est pas hyper foulé, Emmanuel Carrère, parce que la moitié de ses articles, c’est sur des sujets abordés dans ses livres)

– Prendre un cours (formation, stage, atelier…)

– Méditer (fait les jambes en l’air après le yoga. J’ai les jambes en état d’ankylose extrême)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout) (ou alors Le Masque et la Plume spécial Cannes)

Jour 383

Bilan du jour 382

Mon cerveau mouline pas mal en ce moment. Est-ce à cause de l’effort intellectuel intense que je dois produire pour mon boulot ? Mon cerveau mouline pas mal à chercher la cause et la résolution à mon humeur basse et stressée et à mes douleurs physiques actuelles dues à la posture assise prolongée. Mon cerveau mouline et mon corps patine.

Je crois être victime d’habituation hédonique. Je m’habitue aux plaisirs quotidiens, qui deviennent routiniers (et pourtant dieu sait que j’aime ça la routine). Devrais-je varier les plaisirs ?

En plus de mon humeur, mon estime de soi est basse elle aussi. Je m’entends me critiquer, ne pas croire en moi, me trouver grosse et moche, ne pas avoir de perspective d’avenir, me trouver incapable d’aimer et d’être aimée. Je ne sais pas trop comment ça marche, mais la solution à ça, c’est la vie sociale. Moins j’en ai (j’ai quand même mon homme et ma lapine, mais je dois m’habituer hédoniquement à eux), plus mon estime de soi descends vers les pâquerettes. Attention, je ne suis pas du genre à quémander les compliments. Je parle juste de relations sociales cordiales où on papote et on passe un bon moment. Et même les moins cordiales où on bosse, mais au final, on est quand même contents d’avoir passé ce temps-là ensemble. Alors comment faire pour faire grimper un peu son estime de soi ? Ou alors, la solution, c’est peut-être de ne pas essayer de la faire grimper mais de l’écouter d’une oreille comme on le ferait avec une vielle mamie acariâtre et continuer à vivre malgré tout ?

Plaisirs (variés) prévus

– Écouter de la musique que j’aime

– Écrire (ceci)

– Danser (sur la musique que j’aime ?)

– Manger du fromage

– Regarder un bon film

ou

– Regarder une bonne série (River ?)

– Faire du yoga (fait au lever)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Il est avantageux d’avoir où aller)

– Méditer (fait, difficilement, après le yoga)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie

Jour 382

Bilan du jour 381

Petit coup de moins bien hier soir. Fatigue, jambes lourdes, retard dans le boulot, long trajet dans un métro bondé sans rien à lire, mon homme qui veut regarder le foot pour la première fois de sa vie. Et la spirale des pensées négatives et du dénigrement. Durant le programme MBCT, j’ai appris à faire attention à mon état émotionnel, car il influence grandement mon humeur et mes réactions face à un événement dit désagréable. Je remarque que celui-ci est plutôt maussade depuis que je suis rentrée de chez mes parents, où ça s’est moyennement passé (cf. jour 368), depuis que j’ai terminé ma formation (je ne fais plus partie de ce groupe où j’avais l’impression de faire vraiment le métier que l’on apprenait) et depuis que j’ai repris le boulot sur les chapeaux de roue avec peu de temps libre et des activités, généralement sociales, sacrifiées (bref, tout ce que je m’étais promis de ne plus faire).

Je ne peux pas ralentir le rythme, mais je peux essayer d’être plus patiente et indulgente envers moi-même (et les autres, ça va de pair).

Plaisirs prévus

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Regarder un bon film

ou

– Regarder une bonne série (River ?)

– Faire du yoga (fait au lever, moins de salutations mais plus de postures pour soulager mes lombaires)

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Il est avantageux d’avoir où aller)

– Lire le journal

– Méditer (à faire plus tard dans la journée avec audio) (trop de pensées en ce moment quand je pratique sans support)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout ? Ou peut-être une émission de ciné pour me rattraper sur Cannes)

Jour 381

Bilan du jour 380

Grâce à la méthode Pomodoro (25 minutes de boulot, 5 minutes de pause), j’ai un bon rythme de travail, et mon yoga du matin me permet de limiter les troubles musculo-squelettiques dus à la posture assise prolongée. J’ai tout de même hâte que ma période de rush pro se termine (le 23 juin au soir, normalement).

J’ai choisi de continuer Il est avantageux d’avoir où aller d’Emmanuel Carrère que j’avais acheté dans une gare pensant que c’était son nouveau « roman », mais en fait, ce n’est qu’un recueil d’articles, scrogneugneu. Je suis contente de le lire, car je l’aime bien, mais je suis un peu frustrée fictionnellement parlant. Auriez-vous un bon roman à me conseiller ? Par « bon » j’entends bien écrit, intelligent et divertissant, peu importe le genre. Merci par avance !

Plaisirs prévus

– Écrire (ceci)

– Manger du fromage

– Voir une personne que j’apprécie (mes copines au yoga)

– Faire du yoga (au saut du lit et ce soir)

– Me faire belle

– Caresser ma lapine

– Passer du temps avec mon homme

– Lire un livre que j’apprécie (Il est avantageux d’avoir où aller)

– Méditer (fait après le yoga)

– Écouter une émission de radio que j’apprécie (Si tu écoutes, j’annule tout)